IREP : résultats du marché publicitaire sur les 3 premiers trimestres 2015

30 Novembre 2015

Sur l’ensemble des trois trimestres 2015, les recettes publicitaires des médias (historiques + courrier publicitaire + ISA, hors Internet et mobile) enregistrent une baisse de -2,9% pour atteindre 6 118 millions €.

A la même période en 2014, les recettes étaient en baisse de -4% (6 299 millions d’euros). Le différentiel d’un point constaté au 1er semestre 2015 se confirme donc sur les trois trimestres 2015.

Cette moindre baisse par rapport à l’année précédente est le résultat de situations différentes selon les médias.

Ainsi la tendance générale est meilleure pour la télévision et le cinéma, qui retrouvent une croissance sur les trois trimestres 2015 de respectivement +1,3% et +1,8%.

Bien que leurs évolutions soient encore négatives, les recettes publicitaires de la radio diminuent de -1,6% contre -2,7% sur le cumul des trois trimestres 2014 et les quotidiens régionaux voient leurs recettes publicitaires diminuer de -5,2% vs -8,1% en 2014. L’ensemble des médias historiques fléchit de -2,3% vs -2,9% à la même période de l’année précédente.

Le tableau ci-après présente les résultats détaillés des neuf premiers mois de l’année (en valeur et en évolution) et permet de les mettre en perspective par rapport aux évolutions constatées sur les 3 trimestres 2014 et en rappelant celles du premier trimestre et du premier semestre 2015. 

 

Détail des résultats

 

Perspectives : restons prudents

Après une croissance économique au 3e trimestre de +0,3% (soit un acquis de croissance pour l’année de 1,1%) selon l’INSEE, le 4e trimestre commençait sous de « meilleurs » auspices incitant des observateurs du marché publicitaire à revoir leurs prévisions à la hausse. Du fait des évènements dramatiques survenus le 13 novembre qui vont obligatoirement affecter l’économie sur la fin de l’année, nous restons sur une prévision négative pour l’année 2015.

Dans l’hypothèse où la contribution d’Internet serait identique au second semestre à celle du premier semestre (elle avait apporté 1,4 point de croissance à l’ensemble du marché), le marché publicitaire total serait en baisse de -1,5%. Cela confirmerait ainsi la prévision que nous avons faite sur ce même périmètre au 1er trimestre 2015 et que nous avons réitérée au 1er semestre.

Cadre de l’enquête et méthodologie

Cette enquête a été administrée en octobre et novembre 2015 et concerne les familles de médias suivantes :

  •   La Télévision

  •   Le Cinéma

  •   La Radio (publicité nationale)

  •   La Presse (quotidienne nationale, quotidienne régionale, hebdomadaire régionale, magazine, gratuite

    d’annonces et quotidienne gratuite d’information)

  •   La Publicité extérieure (outdoor, transport, mobilier urbain, shopping, digital)

  •   Le Courrier publicitaire et les ISA.

    L’enquête mesure les recettes publicitaires nettes sur les trois premiers trimestres 2015 comparées à celles des trois premiers trimestres 2014.

    Les résultats correspondent à des recettes nettes, commissions de régies incluses, remises déduites hors échanges marchandises, y compris petites annonces presse.


 

L’IREP et la mesure du marché publicitaire

Depuis 1959, l’IREP mesure chaque année le marché publicitaire français en valeur nette. Cette étude-bilan est devenue une référence attendue par l'ensemble de la profession. Elle a pour but d’appréhender, de la façon la plus juste, les recettes des médias en valeur nette et leurs évolutions.
Depuis 2009, cette étude est devenue plus conjoncturelle en délivrant des résultats au niveau du semestre selon la même méthodologie.

Depuis 2013, l’étude de l’IREP est trimestrielle répondant à un besoin d’indicateurs plus réguliers sur un marché de plus en plus volatil.

Contact : IREP - Philippe Legendre - Tél. 01 45 63 71 73 irep.infos@irep.asso.fr 

Les adhérents

Précédent
Suivant
×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site. Pour en savoir plus, cliquez ici.